N°169-170 Ville intime

juillet 2003

Catégories : Tous les numéros

theatrepublic169-170Ville intime

Le présent numéro de Théâtre/Public constitue la quatrième étape de notre collaboration avec la Maison du geste et de l’image.

Cette collaboration, entamée en 1991, répond à l’intérêt que la revue a constamment manifesté pour la question cruciale des rapports Théâtre-Education : notre rencontre avec une équipe menant, comme celle de la Mgi, une expérience inventive et persévérante de relation entre l’école et les activités artistiques allait en quelque sorte de soi.

Une telle coopération, d’autre part, s’inscrit dans notre politique d’accueil de dossiers élaborés par des institutions dont les perspectives croisent les nôtres. Nos trois premiers dossiers “Maison du geste et de l’image” – Auteurs en direct (n°99, mai 91), Théâtre(s) en direct (n°109, janvier 93), L’élève, l’auteur, le metteur en scène, l’enseignant (n°132, novembre 96) –  ont été pour l’essentiel conçus, fond et forme, par l’équipe de la Mgi elle-même.

Des anges rusés aux ailes plombées

Françoise du Chaxel

Ça se complique grave

Mohamed Kacimi

Goldengirls

Koffi Kwahulé

Silence audible

Gérard Lépinois

L’Ame de l’Equipe

Marie Ouellet

Ville, Ville

Jean-Luc Raharimanana

La cabane au fond du chantier

Christian Roux

Premiers pas sur la banquise

Michèle Sigal

L’acteur parle

Anne Torrès

Arrêt sur image

Jacky Viallon

La classe pour résidence

Durant l’année scolaire 2002/2003, la Maison du geste et de l’image a invité dix auteurs à suivre une trentaine d’heures d’ateliers de pratique artistique.

Menés par des équipes partenariales composées de professeurs et d’artistes encadrant des groupes ou des classes de collégiens ou de lycéens parisiens, ces ateliers se déroulaient soit dans les établissements scolaires soit à la Mgi, sur des périodes diverses, dans des secteurs artistiques variés : théâtre, vidéo, photo…

Observateurs de ces situations d’ateliers, les auteurs ont produit des textes originaux à partir de ce qu’elles leur évoquaient.

Aucune contrainte de genre n’a été donnée, seule une contrainte d’une dizaine de feuillets. Les choix de discipline artistique, d’âges d’élèves, de parcours ou d’étape de travail ont été faits en commun pour couvrir un large éventail de situations.

Un CD rassemblant des extraits des textes lus par leur auteur permet de pénétrer plus encore les univers créés à partir de situations réelles.

» «

Liens